Les sujets 2006-2007

marche de St Orens

Ils étaient peu nombreux ceux de cette année venus accueillir les 6iéme durant la marche de St Orens. Cependant Gwendoline et Yannick leur ont présenté l'aumônerie telle que nous la vivons. Puis les nouveaux ont donné les thèmes sur lesquels ils aimeraient travailler l'année prochaine: la relation parents enfants; la mort; la vie de tous les jours; l'avenir; la solidarité entre nous.

De très bonnes idées de partage pour l'année prochaine. Bonnes vacances à tous......

Rendez-vous en Septembre.......

 

Ah ça !!!! c'était la fête

Pour faire la fête il faut:       

des amis (une bonne ambiance), de la musique (bandas, techno....), des boissons, de la déco (des effets de lumière, des manèges....). de la nourriture (un bon repas....), se connaître,des filles et des garçons  et être assez nombreux

C'est quoi faire la fête:

c'est oublier ses soucis, discuter, s'amuser, rigoler avec de bons copains, c'est ne pas avoir envie de partir, il faut un meneur (comme Dominique), c'est aller jusqu'à un point ou on ne nuit pas aux autres (détruire les biens des autres), c'est pas forcément boire, mais certains disent que sans alcool il n'y a pas de fête... d'autres que la fête est plus folle sans alcool......, il faut qu'elle soit bien préparée, c'est se retrouver à l'occasion de l'aumônerie, d'anniversaire, de mariage, de baptême, de communion...

tout le monde est d'accord pour dire

A CHACUN SA FÊTE

et

ON AIME TOUS FAIRE LA FÊTE

Et puis il faut bien faire le bilan de cette année et savoir ce que l'on va faire l'an prochain.à l'unanimité les sujets de cette année étaient très intéressants.la messe de l'aumônerie : Il aurait fallu mettre les personnes d'abord sur les bancs de devant.

« c'est trop bien ». On a aimé participer, être ensemble, il faut refaire,

« c'est trop chouette ». Cela nous a fait plaisir de donner la communion, on était fier...

les projets:

1.      se retrouver ailleurs « qu'ici », changer de cadre...

2.      faire un « JT », se filmer et pouvoir faire notre propre critique pour s'améliorer

3.      faire des sorties (acrobranche etc...)

4.      refaire une messe

5.      traiter d'autres sujets importants: la famille(relation enfants / parents et cousins.. la famine et l'eau dans le monde, les guerres, les handicapés.

Certains reviendront l'an prochain, d'autres pas, ainsi va le monde, mais tous auront un excellent souvenir de cette année d'aumônerie.

Notre Père que ta volonté soit fête.. et aussi soit faite... et aussi soit faîte ...

 

Si j’étais candidat

Appartenir à un groupe , partager des idées, des convictions, argumenter, puis faire des concessions afin que chacun puisse accepter la synthèse du groupe, enfin présenter le projet de société aux autres afin que le groupe soit élu. Ce fut sur ce  programme ambitieux que  les jeunes ont travaillé. Cinq équipes en compétition et c’est parti pour la soirée…. Ils ont choisi Les ministères a réformer et les idées ne manquent pas (même si parfois nous sommes un peu …surpris !!! ) 

Lors de l’élection le  programme du groupe qui a été choisi est celui-ci :

          Education :Les jeunes et les profs doivent être ré intéressés à l’éducation par : Des formations aux nouvelles technologies pour les profs ,Obligations pour eux de les utiliser, Favoriser le soutient scolaire, Réapprendre la discipline pour les élèves et obliger les profs a l’appliquer,

          Justice : Nous sommes contre les polices de quartier mais pour plus de rondes policières,Euthanasie : sous certaines conditions très strictes

          Santé :  Favoriser le don d’organe, Tout français qui ne perçoit pas le SMIG a droit à tous les services  médicaux formés par des médecins d’état

          Economie: Remettre en cause les subventions, Ne les attribuer que s’il y a une issue à la crise.

En cette période d’élection les objectifs des jeunes sont-ils si loin des nôtres ?

Les autres groupes aussi ont eu des idées surprenantes  et intéressantes ; mais il a fallu qu’ils choisissent….Une telle soirée ne pouvait pas se terminer sans une  prière à l’église car le seul qui ne nous ment pas et en qui nous pouvons avoir toute confiance reste et demeure  le CHRIST.

Les prières, que les jeunes avaient écrites sur des petits bouts de papier et qui ont été lues à ce moment là, ont été si denses que le calme s’est fait naturellement…

Comment j'aimerais voir ma planète

Approche toi petit, écoute moi gamin; je vais te raconter l'histoire de l'être humain. Au début y'avait rien, la nature avancait y'avait pas de chemin; puis l'homme a débarqué avec ses gros souliers. Des routes a sens unique il s'est mis à tracer et tous les éléments se sont vus maîtrisés. En deux temps trois mouvements l'histoire était pliée, on a même commencé à polluer les déserts. il faut que tu respires et ça c'est rien de le dire!!!!!( mikey3D)

Une planète bleue et verte, sans trace de destruction ni d’incivilité. Des odeurs et des couleurs, des sons, rien que l’homme n’ait déjà touché ; rien sur quoi il n’ait pu prendre possession. Une terre de quiétude qui n’abriterait que la beauté et l’amour. Une terre de paradis, de bonheur pur.

Regarder autour de soi et respirer, inhaler le bonheur jusque dans nos poumons, dans nos cœurs, dans nos âmes. Une planète ou la vie l’emporterait sur la mort, ou le temps ne marquera pas nos visages. L’osmose parfaite entre l’esprit et le corps, entre la pensée et l’action, entre la nature et l’homme.

Mais au fond comment est-elle cette terre ?

Elle est sage, belle, profonde, puissante.Notre existence de quelques années est insignifiante elle qui en a des milliers.

Alors cette terre repose, apaise, soulage, nous déleste des poids portés sur nos épaules et nous donne comme cadeau..

La paix avec soi

La paix avec le monde………(signé (A.A)

 

vendredi 09 février 2007 :

En prenant de l’âge ou en grandissant, les personnes changent de caractère. Les relations changent, on peut tenir une discussion plus facilement avec les garçons. Les sujets sont différents entre fille – fille et garçon fille.

Les filles c’est amies ou ennemies. Les relations filles / filles sont plus méchantes que garçon/garçon. Les gars frappent et les filles s’insultent. Parfois elles ne parlent pas car elles n’osent pas dire mais elles font les coups en douce. Elles sont parfois « grosses gueules » entre elles. Elles font des histoires pour rien. Elles en font toujours trop, il ne faut pas toucher à leur image. Entre filles la relation est parfois difficile car elles font plus attention à ce qu’elles disent que les  garçons. Mais la plupart des filles se fâchent puis se réconcilient et tout le temps comme ça. Les filles sont aussi des « faux-cul » car parfois elles s’entendent et par derrière elles se critiquent. Pour nous une fille est grossière si elle parle trop de « sexe ». Quand une fille va vers un garçon il est rassuré et discute, il est à l’écoute. Les filles viennent vers les garçons quand ils sont seuls et isolés. L’amitié entre filles peut durer très longtemps.  Les filles ont plus souvent des coups de cœur que les garçons. Quand elles avouent à des garçons qu’elles sont amoureuses ils les envoient souvent voir ailleurs…. En général les filles aiment les gentils, les musiciens, les festayes, les fidèles, les sportifs , les rigolos, les agitateurs.

Le problème des relations avec les gars c’est que leurs sujets de conversation sont très limités (sous la ceinture). Les filles parlent pour rien et de rien tandis que les garçons parlent de foot, de sport. On n’a pas besoin de faire gaffe à ce qu’on dit avec les garçons. Les garçons se battent pour rire ou pour montrer aux filles qu’ils peuvent se battre. Les garçons ont plus de difficultés à exprimer leurs sentiments en général.

Il y a d’abord les copains (relations et connaissances) après il y a les ami(e)s puis les coups de cœur. Il peut y avoir les relations par internet. On se confie plus facilement à une ami(e) qu’à un copain (copine). Etre ami c’est faire confiance, pouvoir se confier et ne pas trahir les secrets. On peut être copain entre garçon et fille sans qu’il y ait des sentiments amoureux. C’est embêtant car quand on s’entend bien avec un garçon on dit tout de suite que c’est notre petit copain. A l’école il y a des différences, beaucoup de groupes ou de clans se forment. L’effet de groupe rend toujours plus fort que lorsqu’on est seul.

Avec ma soeur je me dispute souvent et quand je ne la vois pas je m’ennuie. C’est vrai que les frères et sœurs peuvent être «  emmerdants » mais les petites sœurs elles en rajoutent aussi. Ma petite sœur je la tapais plus avant, mais maintenant ça change, c’est mieux. Pour les relations ado- parent cela dépend : c’est « soit fusionnel soit orageux ». Pour nous, les filles, c’est plus facile de parler de nos relations avec nos mères. Les enfants se posent toujours la question du divorce de leurs parents. Pour beaucoup d’entre nous on ne supporterait pas le divorce de nos parents, ça fait peur, c’est pas   imaginable. On se confie selon si on s’entend avec ses parents ou non. Il faut du respect et de la confiance. C’est la même chose avec les personnes âgés et les parents. On se rend compte que les relations peuvent se baser en fonction de la différence donc quand on n’est pas comme les autres on est repoussé; les relations dépendent des mentalités.

Le coup de foudre c’est lorsqu’on tombe amoureux. Ça se passe d’un seul coup sans réfléchir. Le coup de cœur c’est un couple qui sort ensemble et qu’il y a une passion.

L’amour ne se commande pas, on peut être attiré autant par un homme  que par une femme. On voudrait que les homosexuels aient les mêmes droits que les autres.

Dans certaines religions, hommes et femmes doivent arriver purs le jour du mariage.

Chacun a pu exprimer son idée, ses idées, mais, ce qui est aussi important, c’est que tout ceux qui vont lire ce texte, se retrouvent aussi dans ces mots ou ces idées. Que les parents entendent ce que leurs enfants ont à dire. Ils expriment ici ce qu’ils ne peuvent pas dire ou qu’ils n’oseront jamais dire à leurs parents. Ecoutons ces mots !!!  Ces jeunes ont des messages à faire passer…. Ils sont en 5°,4°,3°….

 

La priére de la nouvelle année

Prières des jeunes de l’aumônerie de Saint Martin du Marsan pour cette nouvelle année 2007 :

-          Rien n’est plus fort que l’amour, car l’amour est né de DIEU. Seigneur donne nous le courage de transmettre cet amour à tous ceux qui nous entourent.

-          Nous pensons à nos proches malades ou décédés ; que le chagrin et la peine  que nous ressentons ne nous sépare pas de DIEU.

-          Le sourire est un remède à la tristesse et le bonheur sert à essuyer les larmes du malheur. Fait de nous des porteurs de sourire et de bonheur pour que le monde se lève chaque matin en remerciant Dieu .

Marche de Noël 2006

 

C’est le 15 décembre 2006, à la nuit tombée que, coiffée d’un bonnet, chaudement et confortablement chaussée et vêtue, dotée d’écharpe et de gants, je me suis rendue pour 19h00 à l’église de Bougue afin de participer à la marche de noël.

Je suis ravie d’y retrouver les enfants bien sûr mais aussi plusieurs copines qui sont également animatrices d’aumônerie comme moi : Michèle, Sylvie, Isabelle…pour n’en citer que quelques unes, d’autres manquent à l’appel malheureusement prises par des obligations de dernières minutes ou clouées à la maison pour cause de maladie.

Pour ma part, c’est en forme et munie d’un sac à dos portant sandwich, eau, torche et mouchoirs que je m’apprête à parcourir les 10kms qui séparent le point de départ « Bougue » de l’arrivée « l’église de Saint Médard » via la voie piétonne.

Voici deux ans que je participe à cette traditionnelle marche de Noël. J’aime l’esprit et la chaleur qui se dégagent de ces soirées. Nous nous retrouvons tous pour le départ à l’église de Bougue où une messe est célébrée. Cette année nous étions 200 à y participer et parmi nous de nombreux jeunes des autres aumôneries du pays du Marsan. Ce moment est pour eux l’occasion de revoir des copains d’autres aumôneries qui ne se voient pas ou très peu le reste de l’année.

Au cours de la célébration, nous avons eu le plaisir d’assister  à l’étape de baptême de Cécile et de Léanne moments solennels et intenses. Comment ne pas ressentir d’émotion en voyant ces jeunes qui se retrouvent et se rassemblent si nombreux dans le même but… Malgré leurs différences d’âges et le fait qu’ils viennent de collèges et d’horizons différents, ils avancent dans la même direction.

Ce lieu de recueillement et de communication où se mêlent paroles sérieuses, boutades, calme, chahut, rire, émotion, parfois excitation qu’il faut canaliser, se remplit de joie et nous la transmet.

Cette célébration fut superbement et communément orchestrée par les prêtres des paroisses, soutenus par Sœur Elisabeth qui donne le ton musicalement et en chanson.

La cérémonie terminée, les dernières consignes données, nous nous dirigeons éclairés par les flambeaux et en sécurité (balisage oblige) vers la voie piétonne pour la partie sportive et festive de la soirée. D’autres personnes se sont jointes à nous et c’est tant mieux, vous connaissez l’expression « plus on est de fous (…) ». La meilleure association de randonneurs jalouserait l’éventail de notre public, cela va du plus petit dans la poussette à l’aîné avec sa canne … de marcheur bien sûr !...

La météo est avec nous, nous partons sous un beau ciel  étoilé mais avec un froid glacial, bonnet et gants me sont indispensables et je vois que je ne suis pas la seule. Chemin faisant nous nous arrêtons de temps en temps afin de prononcer quelques paroles et vérifier par la même que nous n’avons perdu personne en route. Bien sûr cela ne risque pas puisque « nos agents de sécurité privés » bouclent la marche et veillent.

Cette balade, certains la font en se recueillant, d’autres en chantant, les plus bavards ou bavardes n’ont pas assez des 10 Kms pour épuiser tous leurs sujets de conversation.

Bref après plusieurs haltes, voici que l’église de Saint Médard montre le bout de son nez ou devrais-je dire le haut de son  clocher. Arrivés sur place, nous sommes contents car un feu de bois à l’extérieur près de l’église nous y attend et une boisson chaude nous est proposée. A nouveau, ce feu nous rassemble et après quelques paroles échangées autour c’est le moment de se dire au revoir et à la prochaine fois.

Chaque année, je suis surprise de constater un tel engouement pour cette marche et je dois dire que cette année encore, en ce qui me concerne, la magie a opéré car j’ai passé une excellente soirée. Félicitations aux organisateurs et aux jeunes qui ont œuvré pour que cette soirée soit une réussite.

En cette période de vœux, je souhaite que la santé vous permette de vous joindre à nous pour la marche de noël prochaine en décembre 2007.

 

Une marcheuse parmi tant d’autres

 

24 novembre 2006

Les différences, ces vérités

 

Ils sont venus de très loin ( Gailleres, Bougue, Laglorieuse, Benquet, Bretagne) et de moins loin ( Haut-Mauco, St Perdon) ce soir du 24 novembre pour échanger des idées, parler et écouter. Ils sont aussi venu pour réfléchir avec des adultes « accompagnants » … mais a quoi ?  quand on a 12, 13, 14 voir 15 ans , qu’est-ce qui peut encore les rassembler chaque mois ? ce n’est pas une manif, ce n’est pas la messe, ce n’est pas une baston avec les keufs…… non juste une envie d’entendre leur différence…..ce n’est pas de l’indifférence, ces jeunes n’en ont pas encore éprouvée. La différence, oui voilà bien la question qu’ils pouvaient se poser ce soir là, alors que leurs copains étaient devant la télé à regarder la star’ac, à l’entraînement de foot, de basket ou de volley….. Ce sont donc nos différences qui nous rassemblent ? oui. Différences ethniques, religieuses, physiques, sociales. Handicaps mentaux ou physiques. Différences de caractères, de sexualités (homosexuels), d’âges; dans notre classe il y a plusieurs groupes qui se forment : les petits, les grands, les plus âgés….dans la vie courante il y a moins de groupes qu’au collège. C’est lourd d’entendre que tu es un intello quand tu as un 18. Parfois les gens différents  me choquent, ça peut-être gênant mais on fini par accepter cette différence. Cependant il ne faut pas accepter toutes les différences (tout ce qui est négatif, les agressifs par exemple ; la personne doit comprendre ce qu’on lui reproche et doit changer).

Aujourd’hui la tolérance se manifeste de plus en plus (voir la 2iéme guerre mondiale et  l’homophobie, le racisme, l’antisémitisme etc...). En général on accepte la différence chez les autres, mais dans la famille c’est beaucoup plus dur (handicapé oui, mais homosexuel non…).. On ne cherche pas vraiment à être différent ; on est différent et parfois avant la naissance. Nous sommes tous uniques (regarde entre frères et sœurs, et les jumeaux !!!!). On ne peut pas juger quelqu’un sans connaître ses opinions, son caractère, ses raisons ; la différence n’est pas toujours visible. On critique ceux qui sont différents seulement parce qu’ils sont différents, mais on ne les connaît pas, on ne s’intéresse pas à eux (ils sont différents ). C’est « dégueulasse » de dire du mal dans le dos des gens, mais des fois, ça fait du bien.  On voudrait que les adultes et les profs nous parlent comme à des adultes car nous aussi on a appris des choses, nous aussi on sait des choses qu’on peut leur apprendre ; accepteraient-ils qu’on leur parle comme ils nous parlent ?

Les expressions sur les différences nous  montrent le mépris des uns pour les autres. Rire comme une baleine, bête comme une blonde, grande comme une asperge, grand dadet, haut comme 3 pommes, mais aussi : blondasse, pétasse, gourde, tapette, P.D., lesbienne, boulet…… c’est pas très gentil tout ça. La différence est nécessaire pour s’enrichir !!!! on s’ennuierait s’il n’y en avait pas !!!! Dans le cœur nous sommes tous pareils et le sang qui coule dans nos veines a la même couleur pour tous. Alors ils se sont rassemblés pour écrire ensemble leur même espoir et leur même envie de vivre…… leur espérance et leur foi.

 

20 octobre 2006

Des jeunes en marche

Une actualité récente  nous avait inspirée les sujets de rencontre du 20 octobre 2006 : LIBERTE ET RELIGION. Les jeunes devaient traiter ces sujets sous l’angle qu’ils voulaient…..et bien sûr ils nous ont encore surpris. Voici quelques unes de leurs réflexions ( elles ressemblent parfois à celles que nous n’osons pas exprimer) : la liberté s’arrête aux limites de la loi ;c’est un moyen de s’exprimer, on peut enfreindre les règles car les règles des parents ne sont pas des absolus. Le fait de dire non c’est une liberté. La violence nuit à la liberté. La  liberté de penser, c’est avoir un esprit, être critique,avoir des connaissances et des arguments. Il faut  s’exprimer sans blesser les autres. La liberté laïque… chaque enfant qui naît est libre, dans un couple si les parents ont deux religions différentes et qu’il n’en parlent pas à leurs enfants alors les enfants n’ont pas de religion. La religion sert à avancer dans les moments difficiles. Les pays pauvres se rapprochent plus de la religion. Coralie nous explique alors les rites hindouistes pour les femmes. on ne peut pas juger d’une religion si on ne la connaît pas. On n’a pas forcement besoin d’avoir une religion pour croire en DIEU. On n’est pas obligé de pratiquer pour croire en DIEU ; parfois nos parents nous obligent à pratiquer leur religion.  Par respect de l’autre on n’a pas le droit de dire tout ce qu’on veut sur la religion, et il ne faut pas se moquer de DIEU. On n’a pas le droit de tout faire au nom d’une religion car Dieu n’a  jamais demandé de faire exploser des bombes ou de tuer des gens.

La liberté de culte c’est d’être respecté malgré sa religion. La religion c’est un rassemblement qui croit en une même personne, ça fait penser à la joie et la bonne humeur. ( !!!!)

 Ce qui caractérise ces jeunes c’est le profond respect qu’ils ont de Dieu, des autres, des religions et de la liberté. Ils ont soif d’absolu !!!!.

La deuxième partie de soirée était réservée à la construction d’un projet … animer une célébration. Projet qui verra son aboutissement début mai (si tout va bien). Donc la question de départ que nous nous sommes tous posée : qu’est-ce que nous pouvons changer dans la célébration ?  état des lieux : c’est triste, l’église n’est pas un lieu accueillant,peu de gens connaissent les chants, c’est long, ça ne peut pas plaire à tout le monde, c’est monotone, les textes sont trop compliqués, l’accueil est trop dispersé, la messe est trop stricte et trop structurée,assis debout assis debout…. c’est répétitif,à la messe on se fait « suer », on sait à l’avance ce qui va se passer etc…

Quelques pistes nous ont été proposée par les jeunes : mettre en scène les lectures, lire les textes à plusieurs c’est moins monotone, modifier le décor (pourquoi toujours une nappe blanche),il ne faut pas trop de silence,pendant la communion on devrait mettre de la musique,on devrait tremper l’hostie dans le vin !!!, il faut changer les mots trop compliqués, il faudrait des chansons plus cool, des musiques d’opéra ou des chansons (james blunt , cali, mickey 3d, louise attaque, noir désir etc…)tous arriver en même temps dans l’église en chantant par exemple, mettre de l’humeur dans la messe, faire participer les gens en leur demandant ce qu’ils pensent des textes pendant la messe, il faut que les prières soient comprises de tous.

Il faut que la messe nous appartienne.

La soirée s’est terminée par une prière commune qui nous ressemble…  Notre Pére…..

 

 

Rencontre du 29 septembre 2006

L’aumônerie en paroisse (St jacques des grands pins et St martin du marsan) c’est parti !!!!!

Comme chaque année notre première rencontre d’aumônerie en paroisse se fait sous le signe du respect et de la liberté. En groupe nous avons établi un programme des sujets que les jeunes veulent pouvoir aborder. Puis autour d’un feu de camp nous avons fait de la musique (merci les musiciennes), chanté ( bravo les chanteurs) et prié.

Les questions les plus fréquemment  posées par les jeunes sont : la drogue (quand est-ce que quelque chose devient une drogue ? ) ; des sujets d’actualité (da Vinci code , pauvreté, guerre civile,pollution, dictature, catastrophe naturelles…) ; le racisme ; les droits d’expression des jeunes (la critique fait avancer surtout quand elle n’est pas dite par les jeunes, le suicide, la violence, le respect…….) ; la sexualité (rapport entre homme et femme, l’amour, la contraception etc.…..) ; faire un journal télé ou une interview ; les relations entre prof et élève ; Internet et la communication ; les loisirs, les vêtements de marque ; la famille ; comment réussir sa vie ? comment se projeter dans l’avenir ?...

Ils se posent beaucoup de questions …. sommes nous bien à l’écoute non seulement de ce qu’ils disent mais aussi de ce qu’ils expriment, pas toujours par des mots ?

 Une des différences de notre aumônerie de paroisse c’est d’être à cette écoute. Les accompagnatrices connaissent chacun des jeunes pour les avoir suivi depuis de nombreuses années…   notre grande joie est d’entendre ces jeunes dire que l’aumônerie est un des rares endroits où ils peuvent s’exprimer librement sans être jugés….ils ne s’en privent pas d’ailleurs !!!!!

Cette année nous aurons encore une douzaine de jeunes qui vont faire la confirmation. Une étape importante où l’accompagnement est essentiel.

Que tous les jeunes, à partir de la cinquième, qui veulent nous rejoindre n’hésitent pas nous les attendons. Ils sont déjà 25 dans le groupe ; de la cinquième à la seconde….alors pourquoi pas toi ?....